Bulletin de paie : une faible revalorisation du SMIC de 1,24%

bulletin de paie-SMIC

En tant que dirigeant d’une TPE ou PME, vous avez des salariés que vous payez au SMIC ou vous envisagez prochainement d’embaucher des salariés au SMIC. Dès le 1er janvier 2018, le SMIC horaire sera revalorisé de 1,24%. Il passera de 9,76 € à 9,88 € bruts.

Comme vous devez le savoir, chaque année au 1er janvier, le SMIC sera revalorisé en fonction des critères suivants :

– de la progression de l’indice des prix (hors tabac) pour les 20 % des ménages les plus modestes sur 12 mois (inflation) ;
– et le gain de pouvoir d’achat du salaire de base des ouvriers et employés.

Cette faible augmentation correspond à une stricte application mécanique des règles prévues par le code du travail. Il ne s’agit donc pas d’un coup de pouce de la part du gouvernement, qui, pour la sixième année consécutive, applique la revalorisation automatique et obligatoire.

Le salarié au SMIC aura donc au 1er janvier 2018 un salaire mensuel brut de :

– 1 498,47 € pour une durée collective de travail de 35 heures par semaine ;
– 1 686,85 € pour un salarié soumis à une durée collective de travail de 39 heures hebdomadaires avec une majoration de 10 % de la 36e à la 39e heure ;
– 1 712,53 € pour un salarié soumis à une durée collective de travail de 39 h hebdomadaires avec une majoration de 25 % de la 36e à la 39e heure.
Cependant, vos salariés connaîtront une augmentation de leur salaire net grâce aux exonérations de cotisations chômage et maladie votées dans le budget de la sécurité sociale.

Dès le 1er janvier, les salariés du privé verront leurs cotisations baisser de 2,2 points, un gain rogné en partie par une hausse de 1,7 point de la CSG. Deuxième étape : au 1er octobre, les charges baisseront de nouveau, de 0,95 point.

Concrètement, une personne travaillant à temps plein au smic gagnera en salaire net 20 euros de plus par mois à partir de janvier 2018, puis 35 euros dès le 1er octobre. Au total sur l’année, vos salariés vont toucher 285 euros de plus en 2018.

Plus d’info sur le site du ministère du travail